Église sainte-bathilde

Puiser dans nos racines pour faire exister un sanctuaire moderne

liste des Actualités

Parole de bâtisseur : père Philippe de Kergorlay – curé du pôle missionnaire de Chelles
photo

Des racines dans le ciel !
Tel est le défi que nous voulons relever dans le Grand Paris à Chelles. Cette ville de 55.000 habitants devrait passer à 70.000 sous peu avec le Supermétro et la démultiplication du réseau de bus.
L’Église a décidé d’y construire en plein centre une église de 800 places avec un centre spirituel de formation (enfants, jeunes, adultes). Les 2 églises actuelles sont trop petites (200 et 400 places) pour accueillir tous les fidèles et leurs activités.
C’est aussi l’occasion de valoriser le patrimoine mérovingien de la ville. A Chelles, en 650, la reine Bathilde fonda un monastère. Cette reine énergique fit adopter des mesures révolutionnaires telles que l’abolition du trafic d’esclaves, l’égalité devant l’impôt et le soutien des familles nombreuses. L’église reste propriétaire de nombreuses reliques et souvenirs, qui méritent un espace muséal adapté.
A 20mn de Paris, Chelles est le vivant témoin des racines chrétiennes de la France.

Mais les pieds sur terre
Il a fallu près de 10 ans pour obtenir toutes les autorisations nécessaires, les terrains favorables en lisière du parc central et de la nouvelle place entre la Mairie et la rue principale, à 80m des gares routières, SNCF et RATP.
Les fouilles archéologiques sont terminées et les terrains sont prêts pour l’ouverture du chantier.
Le budget de 9 millions d’euros est déjà financé à près de 70%
Les matériaux choisis sont de 1ère qualité : nous construisons pour plusieurs générations, et non pas « à l’économie » !

Ancien de l’EDHEC (76-77), curé de Chelles depuis 7 ans, aumônier des lycées de la ville depuis 14 ans, je fais appel à vous tous pour nous soutenir dans cette grande aventure spirituelle et patrimoniale, au bénéfice de tous ceux que nous accueillerons, croyants ou non.

Croyez à ma prière pour vos familles.

Père Philippe de Kergorlay, prêtre

La désacralisation, une étape liturgique
photo

Cette étape déterminante et visible nous permet de nous projeter dans la suite des travaux. D’ici peu, suivront les étapes des fouilles archéologiques et l’exécration de la chapelle Sainte-Bathilde.

Lundi 7 juin 2021, Mgr Jean-Yves Nahmias, évêque de Meaux, a présidé la célébration de la désacralisation de la chapelle Sainte-Bathilde avec le curé le Père Philippe de Kergorlay, les prêtres du pôle et les diacres.

Plus de 150 paroissiens sont venus assister à cette célébration.

La désacralisation a consisté à retirer à la chapelle son caractère sacré, avant qu’elle ne soit démolie. À la fin de la célébration, les reliques de l’autel ont été retirées, ainsi que les objets liturgiques, le Saint Sacrement, le Tabernacle et les statues. Tous ces éléments ont été transférés à la chapelle de la Roseraie et seront, pour certains, installés dans la future église.

Pour visionner l’intégralité de l’album photo de l’événement cliquez ICI

Juin 2021

Le temps de la démolition est arrivé
photo

Plusieurs étapes pour la démolition :

La zone qui va accueillir, la nouvelle église a été dégagée de tout bâtiment.

La démolition de l’ancienne chapelle Sainte-Bathilde est également achevée. Cette étape déterminante et visible nous permet de nous projeter dans la suite des travaux. prochainement, suivront les étapes des fouilles archéologique par l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP).

Septembre 2021